PLATINE : 42 ème – The Order : 1886 – CéGeek

PLATINE : 42 ème – The Order : 1886

Un jeu ? Un film ? Que dis-je, un jeu cinématographique !

  • Mon avis sur le jeu

Vendre du rêve, c’est un peu la mode des développeurs maintenant. Car il faut bien le dire, j’ai lâché 75€ (Edition Limitée), pour 7 heures de jeu, sans rusher. Ils ont réussi à faire pire que les Call Of Duty, alors que les cinématiques on ne peut pas les passer ! Et ça, il faut le faire.

Malgré ça, car heureusement que la durée de vie ne fait pas tout (enfin bon, faut pas non plus exagérer là..), le jeu sort de l’ordinaire avec son style Hollywoodien mais manque un peu d’action je trouve. A la base nous poursuivons des lycans, mi-hommes, Milou ( ➡ ), mais nous croisons que des humains sur notre parcours.. A part ça une histoire pas vraiment intéressante, donc pour moi ce jeu ne restera pas dans les annales, loin de là..

  • Mon avis sur le platine

Le platine doit surement faire partie du top 50 des platines les plus faciles, car la plus grande majorité des trophées tombent toute seule (juste ceux sur les collectibles peuvent vraiment être manqués). Et le fait qu’il soit super simple à obtenir que ça gâche un peu le plaisir, du moins c’est mon avis.

  • Durée / Difficulté

Le jeu est tellement court que les développeurs ont été obligés de ne pas laisser la possibilité de passer les cinématiques, sinon en 1h30 le jeu est bouclé, vraiment. Mais vu qu’on ne peut pas les passer, il faudra compter 5-6 heures, si vous avez la vidéo des collectibles à côté de vous. Pour la difficulté, le jeu est super simple (même en difficulté « Moyen »), et ne vous posera donc aucun problème particulier.

  • Besoin d’aide ?

Ici pas énormément de conseil vu la facilité du jeu, simplement les vidéos des collectibles peuvent être intéressantes, et sont disponibles sur ce guide.

Trophées de Mr-Mynymoys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑